Clair2019 – bilan

Après avoir vécu, en présentiel, la 10e édition du colloque Clair20xx, après avoir pu encore profiter de chaque instant où je me retrouve dans un lieu désormais devenu familier, mais toujours rempli d’heureuses surprises, après avoir pu passer du temps avec des gens que j’en suis venu à aimer, professionnellement, mais aussi d’amitié dans certains cas, après avoir contribué un tant soit peu à l’organisation de chacune des 10 éditions du colloque avec une merveilleuse équipe de programmation en étroite collaboration avec tous ces gens du CAHM (L’école où ce colloque est né et où il a toujours lieu chaque année depuis 9 ans), après tout ça, donc, voici venu pour moi le moment de dresser une sorte de bilan. Pas un bilan de départ, mais un bilan après une bonne tranche de temps (9 années, 10 colloques, ce n’est pas rien!). J’appuie sur “pause” pour mieux ré-appuyer sur “play” par la suite !

Nous nous amenons à Clair, mais Clair nous prend, nous élève, nous transporte… ou nous emporte. On ne sait pas où tout de suite, mais c’est toujours plus loin. Et ça nous permet de devenir une meilleure personne, un meilleur apprenant, un meilleur prof. J’allais ajouter un meilleur humain: car l’essentiel est là.

Clair, c’est aussi “tomber” en amour avec la communauté, s’y faire des amitiés fantastiques… Comme toute relation d’amitié, appelée à se transformer avec le temps, à évoluer.

Clair évolue. Mathématiquement, Clair est rendu à un point majeur de son évolution. Inscriptions qui s’envolent en quelques jours pour l’édition 2018 (6 jours de mémoire), en quelques heures (9), pour l’édition 2019… Combien de MINUTES pour l’édition 2020?! Les paris sont ouverts ! [Note : les inscriptions se sont envolées en quelques minutes pour l’édition 2020 et je connais beaucoup de personnes et d’amis qui n’ont pu s’y inscrire. Ça m’attriste.]

Quelles seraient les possibilités pour que plus de gens puissent bénéficier de Clair? Quelques hypothèses et les conséquences qui s’ensuivraient.

1-Faire plusieurs “Clair” pour garder le tout dans sa forme actuelle. Impensable, car cette école doit déjà faire des prouesses d’organisation de temps pour se transformer en vitrine pédagogique une fois par année. Il y a toute une pression sur les enseignants de cette école, pression qui peut être très positive, mais pour ce faire, on doit demeurer vigilant quand on est capitaine de ce magnifique navire, ce que Roberto, puis maintenant Claudine font à merveille.

2-Déplacer Clair en partie hors de l’école pour recevoir des foules toujours plus nombreuses (on aurait facilement assez d’inscriptions pour doubler, voire même tripler le nombre de participants si on pouvait…) L’âme de Clair, c’est l’école et la communauté qui gravite autour d’elle. Je le sais, et plusieurs participants le savent aussi… et me l’ont confirmé lors de conversations que nous avons eues. Alors déplacer, mais seulement en partie? La question reste en suspens…

3-Plusieurs des profs artisans de Clair achèvent leur carrière (on vieillit tous). Il faudra que la relève soit aussi efficace, mais elle teintera l’évènement avec sa personnalité, ses couleurs… Normal!

Bref, je lance ici des champs de réflexion sans savoir exactement où cela nous mènera d’ici les 10 prochaines éditions 😉 !

4-Pendant 4 jours (donc ça a continué au moins une journée et demie après le colloque), j’ai eu une vieille toune de Cheap trick en tête, The flame. Pourquoi ? Absolument aucune idée. Mon cerveau me fait ça, de temps en temps 😉

Wherever you go, I’ll be with you, CLAIR. Clair se transformera. J’irai où tu iras, voilà. C’est peut-être ça…

5-Fragilité de la flamme, fragilité de ceux qui l’allument. La maladie de Brigitte qui s’est manifestée 2 jours avant le colloque (Brigitte, cette artisane de Clair, membre du comité organisateur, responsable de milliers de tâches… et qui disait à tous que c’était son dernier Clair et qui n’a même pas pu y participer) Mon âme est si triste quand je pense à elle… La fragilité de Mario, qui a connu un automne difficile au plan de la santé. Qui se relève bien. Qui nous a suivi à distance et qui s’est manifesté quelques fois via Twitter… La finitude humaine, ou ses limitations, tout ça m’est revenu en pleine face cette année. Je vieillis moi aussi, faut croire.

Tout ça fait en sorte que la transformation devient inévitable si on ne veut pas que Clair soit une loterie où quelques chanceux peuvent s’inscrire et les autres pleurent dans leur coin (avec raison)… même s’il y a la webdiffusion (service essentiel qui console ceux qui ne peuvent être là pour toutes sortes de raisons, dont celle, maintenant, de n’avoir pu s’inscrire!)

En même temps, cette loterie est devenue une caractéristique de Clair : et ceux qui peuvent s’y inscrire ont maintenant le devoir de communiquer avec ceux qui voulaient venir, mais qui n’ont pu y être…

Bref, je suis en réflexion et en questionnement.

Pendant ce temps, cette édition a apporté beaucoup. Encore une fois. Nous a nourri, nous a transformés. Nous nous sommes replongés avec plaisir dans notre réseau, nous avons renoué avec tant de personnes que nous croisons une fois par année (et si on ne peut pas s’inscrire, il faut alors trouver d’autres moments où se voir!). Nous avons revu des élèves faire des miracles dans leurs apprentissages.

De quoi aura l’air l’édition 2020? Je ne sais pas encore au moment d’écrire ceci. Laissons aussi la communauté réfléchir au comment accueillir toujours plus de visiteurs… examiner les solutions possibles, car oui, il y en a plusieurs. Tout en ayant le souci de préserver le plus possible l’âme de Clair, le fait que l’école soit au centre…

Il ne faut pas que la flamme s’éteigne. Il faut qu’elle continue de rayonner, malgré les vents, malgré les tempêtes.

[AJOUT : Maintenant, je sais de quoi sera faite l’édition de Clair2020. L’équipe a décidé de refaire le tout pour cette année. Mes questions demeurent toutefois pertinentes, car je crois qu’au comité organisateur, on va se les re-poser quelques fois! Si jamais vous avez une opinion là-dessus, svp m’en faire part en commentaires ici, merci !]

Fracture numérique et alphabétisation

Article rédigé pour la plus grande partie en 2016… et oublié dans mes brouillons. Je le publie aujourd’hui, car en cette ère de “fake news”, certains paragraphes m’apparaissent toujours très actuels !

Alors que je revenais de #Clair2016, pendant que nos cerveaux surchauffés (et contents de l’être) tournaient à grande vitesse, ça jasait fort dans les voitures sur le chemin du retour. (Faut dire que quand tu voyages avec Mario Asselin, Serge Goyette et sa conjointe Hélène Beauchemin, ça aide à avoir de ces conversations où l’on réfléchit parfois pas mal ! 😉 )

À un moment donné ou l’autre d’une discussion, une chose a commencé à me frapper.

aa-300x300Je me suis rappelé d’abord qu’une de mes profs d’université nous avait déjà dit qu’à une certaine époque lointaine, “savoir écrire” signifiait être capable de signer son nom. “Savoir lire” allait à peine plus loin que de lire une liste, etc. Depuis, les choses ont évolué, la vie s’est complexifiée, de plus en plus, et de plus en plus vite ! À une autre époque, plus récente, était considéré alphabétisé quelqu’un qui était capable de faire son rapport d’impôt, à supposé que c’était un rapport d’impôt de salarié normal, sans ajout de gestion multiple et de comptabilité inhérente au travailleur autonome, par exemple.

Puis, vers la fin du 20e siècle, ont commencé à poindre des réalités qui font maintenant partie de notre quotidien au 21e siècle (dont le 1/6e est déjà passé, soit dit en passant!). Je parle bien sûr de l’explosion du nombre des outils numériques, de l’explosion de leurs utilités possibles et de la place grandissante des réseaux, sociaux et autres, incluant l’infrastructure physique qu’il faut pour soutenir le tout. (Le sans-fil, c’est pas juste “dans les airs” que ça se passe : ça prend des machines pour fournir et diffuser le signal, etc. Parlez-en aux gens de Zap-Québec, ces pionniers du sans-fil à Québec, par exemple!)

Désormais, et nous n’y échappons plus, le quotidien EST numérique, et continuera de l’être de plus en plus. Ce qu’on disait “du futur” habite désormais notre présent, et ce, chaque instant ou presque ! (Un peu comme l’électricité jadis s’imposa progressivement comme une composante essentielle du quotidien : bien sûr, on peut arriver à “faire ou vivre sans”, lors de panne, mais l’électricité fait partie de notre quotidien depuis 7 ou 8 décennies au Québec, de sorte que tous considèrent normal de dépendre de ce courant électrique au quotidien.)

infobsit-et-curation-du-net-2-728Afin de pouvoir évoluer dans le monde désormais numérique, il faut posséder, maitriser certaines compétences qui ne sont plus exactement les mêmes qu’à l’époque pré-numérique. Ainsi, nous sommes devenus submergés d’informations de toutes sortes (l’infobésité), du bon comme du moins bon, nous obligeant ainsi à développer une certaine expertise dans l’évaluation du contenu qui nous est présenté en quantités industrielles, en plus de devoir savoir naviguer dans des flots de plus en plus gigantesques de données, présentées souvent de toutes sortes de façons.

Obligation, donc, de savoir chercher, de lire de grandes quantités d’informations, de confronter les informations qui nous sont présentées, obligation de développer à vitesse grand V son esprit critique, etc. Et obligation de faire des liens parmi tous ces hyperliens rencontrés lors de nos lectures. (Un ancien directeur d’école, Lucien (dont j’oublie le patronyme), qui suivait les cours avec nous à l’université, juste pour voir ce qu’on nous enseignait, disait lors d’une de nos mémorables pauses où ça jasait fort : “L’intelligence, c’est l’art de faire des liens.”)

Et c’est là, enfin, que je me suis permis de faire la comparaison avec les critères d’alphabétisation dont je parlais au début de ce texte, critères qui évoluent selon les époques. Nous sommes désormais rendus à une époque où quiconque ne veut pas être largué (ou ne veut pas être dépendant de ceux qui contrôlent l’information, ou encore en décalage) doit absolument développer les compétences informationnelles ci-dessus mentionnées.

Il en va de même pour ces compétences qu’il en allait récemment avec le “savoir lire des instructions dans un manuel” ou “savoir remplir un rapport d’impôts de base”.

Sinon, les gens qui ne maitrisent pas ces compétences informationnelles pourront être considérés plus ou moins “alphabétisés”, pourront être considérés comme plus ou moins fonctionnels dans une société qui modifie (et complexifie) constamment ses exigences au fur et à mesure de ses évolutions, qu’on soit d’accord ou pas (ou moins) avec ces évolutions. Et en bout de ligne, un citoyen analphabète (au sens d’analphabète numérique selon ce qui vient d’être défini ci-dessus) dans une société, ça donne un citoyen mal ou pas informé qui ne peut exercer son devoir de citoyen. Ceci, à supposé que la société prétendument démocratique dans laquelle on vit se fasse un devoir de publier les données dont chacun devrait disposer pour décider de façon éclairée (Voir “données ouvertes” dans Google pour un peu plus de détails 😉 )

C’est ce que nous avons nommé jusqu’ici la “fracture numérique” : ce décalage entre les compétences requises pour évoluer dans la société et les compétences acquises. En éducation, dans l’élaboration des programmes de formation, il me semble que ça doit (devrait) être une préoccupation constante! Et il me semble aussi qu’à la vitesse où le tout évolue, la compétence “savoir apprendre à apprendre tout au long de la vie” devrait être au centre des programmes et des formations !
la-fracture-numerique-11-638

Note : On devrait lire ouvertS et gratuitS sur cette image 😉

 

Réinventer l’école, une personne à la fois… mais ENSEMBLE.

NOTE : cet article a été pondu en 2017 (!!!)… puis laissé en plan. Je le publie aujourd’hui pour démontrer que si peu de choses ont changé.

«

Jamais je ne me plaindrai qu’on parle beaucoup d’éducation ces jours-ci. JAMAIS ! C’est bien trop important. Depuis le temps qu’on souhaite que l’éducation devienne vraiment importante au Québec (Rappelez-vous les chroniques de Patrick Lagacé il y a environ un an, sur ce sujet, où il dénonçait des aberrations, etc.).

Alors après les dénonciations de ce qui ne va pas (essentielle prise de conscience), il faut passer à l’étape de la planification, de la réflexion active VERS un bâtir ensemble… et se mettre en action et bâtir, enfin. Ce qui ne semble pas encore près d’arriver au Québec, tellement on aime s’entredéchirer la chemise en public, dénonçant à hue et à dia tel aspect oh combien scandaleux de telle proposition, etc., au lieu de tabler sur ses points positifs, meilleur gage d’avancement à moyen et à long terme. Attention, je ne dis pas qu’on doit avancer n’importe comment, mais si on veut un vrai projet de société, faut que l’ensemble de cette société y soit impliquée. Et que le projet soit rassembleur, et donc, qu’on y retrouve du positif autour duquel se mobiliser.

Ces jours-ci, en éducation, on a beaucoup parlé de ceux qu’il est maintenant convenu de nommer “les 3 vedettes”. Évidemment, beaucoup de gens du milieu de l’éducation ont été insultés. Et je les comprends parfaitement. Les gens du milieu, particulièrement en éducation, sont littéralement tannés/écoeurés de se faire dire quoi faire par quiconque s’estime compétent “parce qu’il est allé à l’école, un moment donné, dans sa vie”. On parle ici des milliers de gérants d’estrade, qu’ils soient parents, chroniqueurs, “faiseux” d’opinions tous azimuts, etc. L’allergie profonde du milieu aux gérants d’estrade est fort compréhensible. Imaginez 5 minutes ce que les médecins vous diraient si vous leur disiez quoi faire “parce que vous avez déjà été hospitalisé” dans votre vie. À l’évidence, ça ne constitue pas une raison valable et encore moins une compétence en médecine. Il en va de même pour la pédagogie : il y existe des spécialistes, les enseignants et autres intervenants, qui ont l’expertise nécessaire au plan pédagogique.

Or, dans le cas précis des 3 vedettes, certaines différences semblent ressortir.

D’abord il y a eu coulage de l’information, mais d’une partie de l’information seulement. Le projet était en cours d’élaboration, ça semble de plus en plus évident. Ce sont les 3 vedettes qui ont contacté le ministre, lequel a obtenu plus d’un million dans le dernier budget Leitao (le montant semble gros pour monsieur et madame tout le monde, mais représente un infime micro-pourcentage du budget total de l’éducation). L’info n’a donc pas bien été présentée, et le reste a été présenté en mode rattrapage, sinon en mode “damage control”. Disons que côté communication d’un message, ça commence un peu moins bien.

Ensuite, JAMAIS il n’a été dit clairement que les profs et autres intervenants en éducation ne seraient pas consultés. Mieux, les 3 vedettes, en entrevues, l’ont clairement réaffirmé. Alors, il est où, le problème? Dans la naïveté de ces 3 personnes qui pensent pouvoir influencer le milieu éducatif à leur manière, en collaboration avec ce milieu lui-même? Certaines affirmations, par exemple celle où Ricardo parle de “beurre d’arachides” alors qu’on sait que les allergies alimentaires sont sévèrement contrôlées dans les écoles, ont suscité des remarques. Personnellement, je pense que c’est ici un détail dans l’élaboration de l’exemple. Oui, ça prouve que ces 3 personnes ne connaissent pas la vie scolaire dans les détails, mais est-ce que ça les empêche de pouvoir contribuer?

Pour bâtir ou améliorer des écoles qui correspondent aux exigences du 21e siècle, il faut de l’expertise pédagogique : soit. Le milieu la fournira avec plaisir. Mais il faut aussi d’autres expertises et j’ose croire que ce sont ces types d’expertises que nous proposent nos 3 personnalités. Ils ont le goût de s’impliquer dans l’amélioration de la société? tant mieux : faisons-leur une place, et développons EN COLLABORATION !

On est à l’ère du développement en réseaux, je l’ai dit amplement dans plusieurs billets de blogue à la suite de différents colloques auxquels j’ai assisté depuis les 10 dernières années. Le développement en silo est devenu caduque dans une telle société, parce que hautement inefficace et inadapté à notre époque (C’est peut-être pour cela que le ministre “désavoue son ministère” (selon ce que j’ai lu dans certains commentaires), qui est un expert en silos…). Alors en conséquence, il importe d’arrêter de jouer à tirer la couverte le plus possible de son bord dans un climat de guéguerre (de clocher) qui ne fait qu’amplifier le négatif, devient rapidement contre-productif et, au final, débouche sur une polarisation du débat qui devient vite castrante, voire paralysante, et qui fait en sorte qu’on n’avancera pas d’un millimètre. Or “qui n’avance pas recule”, nous dit le dicton, surtout à la vitesse à laquelle la société évolue aujourd’hui. Le développement en silo nous donne de ces moments où chacun se la joue selon sa ligne de parti, où chacun proclame haut et fort SA vérité, etc. Pendant ce temps, le temps continue et nos écoles continuent d’être mal adaptées, etc.

Selon moi, il devient alors impératif d’avancer en collaboration, même imparfaitement. À l’évidence, il faut qu’on soit par contre conscient des limites des connaissances de chacun et qu’on fédère ces connaissances et ces expertises, afin d’élaborer en micro-société, ENSEMBLE, un tel projet de société. Ici le leadership du ministre de l’éducation, mais aussi du premier ministre (et ici, j’insère mon TRÈS GROS doute personnel, à la lumière de ce que j’ai vu de cette personne jusqu’à maintenant…) est important.

Concernant le ministre de l’éducation, j’ai eu l’occasion d’échanger quelques tweets avec lui lors du colloque #Clair2017. Je sais qu’il a lu/vu ce qui s’y passe et je sais son intérêt pour même venir y participer lors de l’édition 2018. J’ai recroisé le ministre, en personne cette fois, lors du RÉFER 2017 en mars dernier. À ma grande surprise, j’ai vu, pour la première fois depuis que je travaille en éducation (et ça se compte en décennies!), un ministre sur le terrain, prêt à écouter. Il est venu faire une allocution le jeudi matin, et a tenu à revenir passer une “couple d’heures” et de faire le tour complet de tous les kiosques “Vitrine de l’innovation”, prenant le temps de parler avec chacun, profs, élèves, et autres professionnels de l’éducation. Jamais je n’avais vu ça en carrière. Ça m’a redonné espoir, surtout que le ministre veut faire appel à des gens motivés, innovants, impliqués, afin de les consulter. (1)

Alors à la lumière de tout ça, j’estime qu’il est peut-être temps de considérer comme arrivé, le temps où on pourra enfin faire quelque chose. Nos écoles méritent INFINIMENT mieux que ce qu’elles sont présentement. Et oui, le gouvernement ou le ministère (plutôt?) a erré, concernant la nouvelle école St-Gérard à Montréal. On aurait eu une chance de faire quelque chose d’innovant et on a raté notre coup. Le plus bas prix n’est pas nécessairement gage d’efficacité et de réussite. Et ça, je pense que le ministre l’a compris. De plus, la démarche, passant par 3 personnalités et par une implication éventuelle de gens de l’éducation innovants, passionnés (le ministre aurait aussi pu dire “les crinqués”, sans doute 😉 ), cette démarche, hors du ministère, a quelque chose de significatif : le ministère est devenu un monstre où plus rien ne se passe, ou plutôt plus rien ne transparait. Trop de gens au ministère (je ne parle pas du bas de l’échelle, ici) sont occupés à de stériles guéguerres de pouvoir ou autres trucs non productifs… Là où l’action doit arriver, ces gens-là ne sont pas. Le message devient de plus en plus clair selon moi, il est temps d’innover, et les moyens devront être pris, hors la boite, mais avec les gens de la base, de l’intérieur des écoles, pour y parvenir.

Alors vivement une mise en place de tout ça, le plus rapidement possible, si on veut enclencher quelque chose avant les débats électoraux de 2018 ! D’ici là, je souhaite ardemment que les médias sachent nous informer plutôt que d’être à la recherche maladive d’audimat et de clics, par des titres sensationnels qui nous privent de l’essentiel du débat en permettant une dérive polarisante qui empêche de bâtir. Il faut un climat pour bâtir ensemble. La responsabilité d’instaurer ce climat constructif incombe à tous.

»

AJOUT 2019-11-11 :

(1) : depuis l’écriture de ce texte, bien des choses (et deux ans!!!) se sont passées.

Le gouvernement a changé, le ministre de l’éducation aussi… On constate de très/trop timides avancements. (Le lab école se concentre sur le primaire seulement et a récemment présenté quelque chose, mais que je trouve que ça va si lentement et que les vraies affaires sont trop souvent occultées… Verrai-je le moindre changement majeur avant ma retraite prévue dans quelques années?!? J’en viens à douter chaque année que j’ajoute au compteur.

 

Changer ou ne pas changer – fausse question !

À l’ère des fausses nouvelles (fake news), on parle beaucoup du mot changement. D’un côté, les partisans du changement, les «bons» (vus comme des «méchants» par le clan adverse) qui veulent le changement, car ça presse, ça urge, etc., ou juste parce que nécessaire… De l’autre côté, les «méchants» (vus comme les «gardiens des traditions» par eux-mêmes), «partisans du statu quo à tout prix» (dit-on chez les partisans du changement!)…

La polarisation… ou la pensée binaire : tout est bon ou tout est mauvais. Irréel, point.

Vous voyez la dynamique : en fait, il n’y en a pas, de dynamique vraiment constructive, tellement la polarisation paralyse le tout et empêche, au final, tout changement sur une échelle le moindrement grande. Bref, plein de petites initiatives ici et là, un fil conducteur plus ou moins clair ou bien défini, et plein, tout plein (trop plein) de commentaires sur Facebook et autres réseaux sociaux où les partisans suivent leurs lignes de partis (même pas politiques, très souvent), partisans de leur opinion élevée au rang de quasi-absolu, trop occupés à «argumenter» sans trop écouter ou saisir l’ensemble d’un message, trop occupés à passer de force «leur» propre message,trop occupés à démolir la petite faille ou la petite faiblesse de quiconque émet une
opinion qui ne va pas à 100% dans «leur sens», etc.
Bref, un «dialogue» de sourds. Aucune conversation. Que des monologues parallèles. Triste. Infiniment triste. Et un manque criant de nuances en général.

Bien sûr, on peut choisir de ne pas lire les gens que nous trouvons «toxiques» (Personnellement, je n’ai jamais employé cette expression, car trop caricaturale, mais certains l’emploient) ou moins inspirants, mais alors on tombe dans l’autre extrême, celui de ne lire et de n’échanger qu’avec des gens qui pensent exactement comme nous ! Aucun enrichissement au final… Et aucune évolution des idées.

Entre le dialogue de sourds et les faux débats ultra-stériles qui ne feront jamais avancer aucune question d’une part, et le repliement sur soi et sa petite gang qui fera avancer ce petit groupe mais personne d’autre, d’autre part, il y a peut-être une troisième voie que les obsédés des débats binaires et de la polarisation ne sauront voir ou imaginer. Personnellement, après des années de lectures sur les réseaux sociaux, j’en arrive à la conclusion que si on veut avancer, la 3e voie est peut-être la seule option où je n’ai pas encore découvert de cul-de-sac frustrant qui finit par scléroser les opinions bien retranchées dans leur camp respectif.

Alors, qu’en est-il du changement et de cette troisième voie?

Changer ou ne pas changer est ici une question piège qui anéantira le sain débat..

Il faudrait plutôt se demander si on veut évoluer ou ne pas évoluer. Ce qui ne présuppose pas le même revirement drastique que le mot changement laisse trop souvent sous-entendre. Jeter le bébé avec l’eau du bain n’a jamais été vraiment avantageux… Le statu quo sans se poser de questions non plus.

Notre société évolue, c’est un fait indéniable. Il en a toujours été ainsi, parfois pour le mieux, mais toujours avec son lot plus ou moins important d’inconvénients et d’ajustements nécessaires, et toujours avec certains avantages, si on sait bien se placer, se positionner. Bref, on compose avec cette évolution et on tente d’influencer ce sur quoi on a le pouvoir de le faire sans jamais être capable d’arrêter ou de contourner ces évolutions plus ou moins rapides selon les époques et les soubresauts de l’Histoire. (Il n’y a rien de linéaire ou à vitesse constante.)

L’évolution permet parfois de ramener certains paramètres près de ce qu’ils étaient (grosseur des appareils), avec plusieurs modifications, cependant (ici, la puissance).

Actuellement, notre société —et les outils technologiques de notre quotidien en particulier— évolue à une vitesse jusqu’ici jamais vraiment rencontrée. C’est à en donner le tournis parfois. La vitesse constatée est tellement élevée que le temps de prendre du recul semble avoir disparu. On peut être alors tenté de plonger sans réfléchir ou, à l’inverse, de carrément se braquer, mais, dans tous les cas, on ne peut y échapper quand même.

Nier l’évolution de la société m’apparait aussi utile que nier qu’une langue puisse évoluer, par exemple. Quand une langue n’évolue plus, on dit qu’elle est devenue une langue morte. Bien sûr, on ne laisse pas une langue évoluer n’importe comment : il y a des règles. La langue doit évoluer de façon assez structurée, les organismes officiels tentant de donner une direction, même si, au final, comme le disait entre autres Dany Laferrière récemment, c’est l’usage qui définit la langue. Alors comme on ne veut pas être partie prenante d’une société morte, nous acceptons plus ou moins son évolution, et il est normal, je dirais, de ne pas être en accord avec toutes les composantes de cette évolution.

Alors que faire ?

Concernant la vitesse d’évolution, la solution que j’ai trouvée et qui peut me convenir est de bouger, d’évoluer, parfois de provoquer certains changements, tout en réfléchissant le plus possible, même si le temps pour ce faire a considérablement diminué avec mes diverses obligations ou implications, et aussi à cause de la vitesse à laquelle la société bouge. Réfléchir dans l’action est souvent possible si on s’en donne la peine, mais il s’avère que, de temps en temps, on a besoin quand même de moments de repos pour pouvoir prendre un peu de recul momentanément. Est-ce que c’est l’idéal? Sûrement pas. Ce n’est que le moyen que j’ai trouvé, pour moi. D’autres sauront en trouver d’autres qui leur conviennent mieux.

D’autre part, en éducation, il semble que la résistance au changement serait plus forte qu’ailleurs. Est-ce parce que l’école est encore perçue comme lieu de déversement du savoir de la cruche pleine qu’est le prof vers les cruches vides que sont les élèves? Est-ce parce que l’école doit être considérée comme le sanctuaire d’un savoir sacralisé, mais surtout pas démocratisé (Je croirais lire ce cher Mathieu Bock-Côté ici 😉 )? Est-ce parce que tout le monde se considère comme spécialiste de la pédagogie parce qu’il a passé quelques années de sa vie assis «sur les bancs d’école»? Est-ce parce que les actuels profs tendent à reproduire le modèle de profs qu’ils ont vu dans leurs écoles lorsqu’ils étaient élèves? Etc? Je ne saurais trop dire. Plusieurs éléments de réponses existent et ils ne tirent pas tous dans le même sens… À questions complexes, réponses complexes. D’autant plus qu’on parle ici de pédagogie et que, la pédagogie, ça ne se voit pas. «L’essentiel est invisible pour les yeux», écrivait St-Exupéry 😉 Et c’est d’autant plus vrai que, quand on intègre le numérique, on voit bien en évidence la «bébelle» sans souvent se donner la peine de voir ou plutôt de comprendre la pédagogie qui se cache derrière.

De «impossible» à «possible» : 2 petites lettres de différences 😉 — L’évolution n’est parfois pas si drastique !

De plus, il existe plusieurs pédagogies que les gérants d’estrade qui ont déjà ÉTÉ à l’école quelques années dans leur vie ne sauront voir. Il existe même, selon moi, des pédagogies différentes pour chaque prof. Alors comme prof, qui suis-je pour juger de la pédagogie d’un collègue? Je n’ai pas le contexte de SA classe et de SON cours. Juger de la pédagogie des autres profs (ou des profs de mes enfants), c’est un peu comme faire une citation hors contexte : le résultat est souvent malheureux. Bien sûr, je peux avoir quelques idées, quelques informations sur ce contexte, mais au final, je n’ai pas le contexte complet, alors on devrait toujours se garder une petite gêne.

Pire encore, comme prof, je suis bon dans certaines compétences professionnelles et moins bon dans d’autres. Et c’est normal. Loin de moi l’idée de m’assoir sur mes lauriers … et mes défauts, on doit continuer de travailler chacun sur ses faiblesses et continuer de faire valoir chacun ses forces.

Et pour ce qui est de changer nos pratiques, nous devons constamment nous remettre en question. Pas pour tout foutre en l’air à la moindre brise, mais pour évaluer ce qui va bien et ce qui est à ajuster. Et cette dynamique devrait nous habiter chaque jour. C’est ce que j’appelle l’évolution. Et qui dit nier l’évolution se retrouvera tôt ou tard (plus tôt que tard à la vitesse grand V à laquelle on roule ce siècle-ci) soit dans un cul-de-sac, soit dans une immense fracture, qu’elle soit numérique, pédagogique ou autre… ou les deux.

Est-ce à dire qu’il faut sauter dans le train sans réfléchir? NON. La réflexion et la prise de conscience sont essentielles.

Est-ce à dire qu’il faut tout accepter et tout valoriser d’égales façons? NON PLUS. Il faut s’informer, savoir ce que dit la recherche (mais attention à qui paie l’étude par contre!!!), etc.

Est-ce à dire qu’il faut blâmer tantôt les gouvernements, tantôt les syndicats, tantôt les commissions scolaires pour les malheurs (souvent amplifiés) de l’éducation? NON encore une fois. Malgré que tous aient des torts à redresser, il est toujours trop facile de ne blâmer que les grands systèmes impersonnels. Ensemble, nous pouvons agir au lieu de juste constamment se plaindre…

Le monde n’est ni noir ni blanc ! La logique binaire, c’est bon pour nos outils technologiques ! Et encore ! Soyons donc conscient de l’infinité de tons de gris qui existent et de l’infinité de couleurs qui sont teintées plus ou moins pâle ou foncé par cette infinité de tons de gris. C’est ça, les nuances ! Et au final, avançons tout en se respectant dans tout ce bouleversement, mais en se plaçant en posture d’apprenant à vie.

Ah oui, j’allais oublier l’essentiel : SURTOUT, surtout, écoutons-nous au lieu de juste «parler» et remplir les cases commentaires de trucs inutiles, fielleux ou réfractaires juste pour le pouvoir que ça donne de se braquer : un bien petit pouvoir… Bâtir. Ensemble. Voilà une piste de solution intéressante, à mon humble avis. S’inspirer mutuellement en collaborant, dans un climat beaucoup plus constructif, gage d’évolution, d’avancement. D’avenir amélioré.

Retour sur #Clair2018

[Attention : liens utiles à la fin de cet article, en plus de ceux intégrés dans le texte]

Nuages de bulles #Clair2018 – par Patrick Drouin alias @LeMotZuste sur Twitter

L’évènement-colloque Clair (suivi du numéro de l’année où il se déroule) est devenu au fil des ans, depuis 2010, un incontournable en éducation pour qui désire le moindrement actualiser ses pratiques et se ressourcer, continuer à avancer et à évoluer, et surtout, pour quiconque désire que ses élèves puissent progresser dans leurs apprentissages en y étant le plus actifs possible.

Cette année, j’avais la chance de pouvoir aller en personne à #Clair2018, contrairement à l’édition 2017, où j’ai suivi à distance, tout en pouvant être un peu présent grâce au robot de téléprésence du CAHM.

Cette année, j’avais aussi l’occasion d’emmener des collègues avec moi, après leur en avoir parlé pendant des années pour certains (écouter cet audio “Entrevue avec M. Stéphane Francoeur“). C’était la première fois depuis 2010 que des collègues de mon école étaient à Clair : j’étais vraiment très heureux que les horaires aient pu fonctionner.

Cette année encore, comme à toutes les fois que j’y vais, j’ai pu “entrer dans mon compte Twitter”, revoir avec un plaisir sans cesse renouvelé ces gens avec qui j’échange tout au long de l’année sur nos réseaux sociaux, mention un peu spéciale à Cyrille Simard, maire d’Edmundston qui est venu nous voir le vendredi soir en revenant de l’Ile du Prince-Edward (!), et que je n’avais pas revu depuis plusieurs années! Pendant #Clair2018, j’ai aussi pu connaitre de nouvelles personnes qui se sont jointes à mon réseau plus récemment, etc. Bref, une activité de réseautage intense. Comme je le dis, redis et “radote”, même, depuis des années, à bas les silos, en éducation comme ailleurs. On avance plus loin ensemble, même si ça ne va pas assez vite à mon goût trop souvent : l’impatience de l’innovant… qui avance en âge : sentiment d’urgence qui s’installe, lentement mais sûrement, si je veux voir se concrétiser des projets avant d’atteindre l’âge de la retraite (ben oui, on s’en va tous par là, même si on espère que ça sera dans BEAUCOUP d’années ;-))

Revenons à Clair2018 : là-bas, ça va beaucoup plus vite que dans la majorité des écoles. Les conditions pour le développement de projets y sont optimales, grâce à leur merveilleux directeur (devenu un ami déjà avant la première édition du colloque), Roberto Gauvin, qui fédère les forces de toute une équipe d’éducateurs au CAHM, en plus d’impliquer toute la communauté de Clair, le village au grand complet ou presque, et aussi des gens des alentours, jusqu’à Edmundston. Tous ces gens reçoivent le monde pendant 3 jours et en sont fiers. Et cette fierté est aussi ultra-présente chez les élèves du CAHM qui nous accueillent tantôt par une prestation, tantôt par l’explication de leur projet, tantôt par une entrevue à la radio étudiante (laquelle diffuse dans tout le village et les environs), etc. D’ailleurs, tous ces efforts de la communauté ont été grandement récompensés cette année par le premier prix Quasar décerné à l’école pour son entrepreneuriat et le tout premier prix Paul-Gérin-Lajoie décerné à Roberto pour l’ensemble de son oeuvre au CAHM.

Quand on a tout vu ça, il nous appartient à notre tour de favoriser dans nos milieux ce développement optimal des forces vives de tous nos élèves. Bien sûr, il faut des moyens pour ce faire et ces moyens nous manquent souvent cruellement. Comment aller chercher ces moyens? C’est la question que je me pose depuis les débuts et, cette fois-ci, je pense avoir trouvé des éléments de réponses plus précis. (Un peu comme Stéphanie Dionne a trouvé réponse à l’énigme Clair20XX 😉 )

D’abord les moyens financiers : si le CAHM est allé chercher des sous, projet par projet, les autres écoles le peuvent aussi. Suffit d’en avoir la vision qui se concrétisera dans un leadership collectif uni, en route vers le but à atteindre. La volonté politique est ici une précieuse alliée. J’ose espérer que la présence pendant plus des 2/3 du colloque de notre ministre de l’éducation du Québec (que l’on avait invité via Twitter l’an dernier, sur le fil #Clair2017) aidera à concrétiser certaines mesures. Sébastien Proulx a d’ailleurs mentionné à plusieurs reprises combien il a apprécié sa visite à Clair (La réciproque est également vraie : nous sommes plusieurs à avoir grandement apprécié sa visite). Depuis le temps qu’on disait que le ministère devait assurer une présence à ce colloque, même si pas sur son territoire, disons que cette année en fut une de belle concrétisation avec cette visite qui a même duré plus longtemps que prévu, tellement le ministre appréciait le colloque et l’endroit.

Ensuite, les moyens qui découlent directement de nos administrations : il importe d’avoir une vision claire (!) au départ et la volonté de vouloir changer les choses. Pas changer pour changer, mais changer pour améliorer. Voilà pourquoi il est important d’amener nos directions à Clair. Cette année, mon directeur adjoint y était. Je me rappelle une phrase qu’il m’a dite le vendredi matin, après quelques heures de colloque seulement : «Il faut qu’on revienne l’an prochain, c’est trop hot ici!» Ça donne une excellente idée de l’état d’esprit des visiteurs de Clair quand ils comprennent avec leurs tripes ce qui se vit humainement là. Les dirigeants de nos CS devraient aussi venir y faire un tour… Ça aussi, ça fait un temps que je le dis !

Finalement, les moyens “de société”… Je ne sais trop comment nommer ce que je commence à peine à énoncer dans ma tête. Il appert que, depuis les débuts, ce qui frappe à Clair, c’est tout l’aspect communautaire de l’évènement. C’est un village qui nous reçoit. C’est une école tellement ancrée dans son milieu, qu’elle en fait partie intégrante : ce n’est pas une sorte de sanctuaire déconnecté ou un endroit où on rencontre des “peddlers de l’éducation”, comme j’appelle les “vendeux” de toutes sortes : ce n’est pas un endroit qui se vend comme on vend des salades, comme on vendrait SA salade, non. Cet endroit transcende les aspects mercantiles qu’on voit trop chez nous (et ailleurs) en éducation…

J’élabore un peu plus sur le sujet… Premièrement, cet exemple : quelqu’un demandait à un élève du CAHM s’il aimait ça aller à cette école plutôt qu’à une autre, à cause de tout ce qu’on y offre… Et l’élève n’a pas su quoi répondre, car IL N’Y A PAS de réponse à cette question pour lui. La question en elle-même n’avait pas de sens pour cet élève. Pour lui, tu vas à l’école du village, un point c’est tout. Tu ne choisis pas d’acheter ton éducation chez WalMart, Amazon ou Sears (avant que ça ne fasse faillite). NON. Tu vas à l’école de TON village ou dans TON quartier. Un point c’est tout. Et cette école a le devoir d’être la meilleure. Voilà pourquoi le sentiment d’appartenance y est tellement communautaire plutôt que “de compagnie”. Voilà pourquoi tu appartiens si fort à TON milieu (pas juste scolaire, milieu tout court), TON milieu en réseau avec tous les autres milieux, car le CAHM n’est pas une ile, et, s’il en est une, il y a une multitude ou même une quasi-infinité de ponts qui y mènent.

Quand le choix de ton école n’est pas un “choix d’achat”, tu vas à cet endroit de façon entièrement naturelle et, une fois dans cette école, tu découvres et tu apprends, tout en restant intégré à ton milieu et en le faisant rayonner. Quand tu vas à une école à cause d’un programme particulier (et, ne jouons pas à l’autruche, au Québec, presque toutes les écoles se réclament d’un programme particulier ou pas, d’une étiquette ou pas, d’une marque affichée sur sa boite comme on affiche des marques à chaque boite de jus ou de céréales à l’épicerie…), alors tu développes un sentiment d’appartenance en lien avec CE programme particulier, dans CE milieu précis qu’est alors “ton” école, mais le sentiment d’appartenance ne peut être aussi étendu au reste de la communauté, ton quartier, ta ville, etc.

D’ailleurs, un participant me disait qu’étendre le modèle de Clair à une grande ville semblait être plus difficile. Peut-être que l’ancienne unité d’appartenance appelée paroisse jadis pourrait servir de lointain modèle pour développer l’appartenance de quartier, mais c’est à supposer que le quartier soit bien défini avec tous les éléments propres à une vie de quartier (incluant SON école qui ne regroupe pas que des restants… – je caricature un peu ici). Sinon, le “quartier-dortoir” prend toute la place et la vie de quartier fout le camp. (Voir aussi les textes de Clément où on mentionne l’aspect abandonné de certains quartiers… Ici et ici.)

Bref, je suis en profonde réflexion sur le comment transférer au Québec ce sentiment d’appartenance communautaire fort qu’on peut retrouver là-bas. Je ne dis pas qu’il n’y a pas de sentiment d’appartenance au Québec, mais je dis que le sentiment d’appartenance au MILIEU DE VIE (et non à l’école seule) est nettement plus fort et communautaire là-bas.

L’école à la carte (et je ne parle même pas du stérile débat ultra-trop-polarisé public-privé) favorise le développement d’individus, chacun dans leur bulle ou leur programme particulier, alors que l’école communautaire favorise le développement d’individus DANS une collectivité. Des individus IN-TÉ-GRÉS.

Alors je me dis qu’il est plus que primordial de réseauter au plus vite tous nos milieux, de tabler sur l’unité ou l’unification des ressources plutôt que sur les divisions souvent profondes que créent les faux débats et autres “tirages de couvertes” entre les écoles, les commissions scolaires, les écoles privées et publiques, les places dans un palmarès insignifiant, ou toutes autres divisions concurrentielles individuelles ou individualisantes, ou encore les guéguerres de pouvoir, qui favorisent le développement collectif. Les individus s’épanouiront peut-être, ou pas, c’est selon, mais une chose est sûre, ils n’auront appris qu’à se sentir supérieurs ou défavorisés, ils n’auront pas appris à fonctionner, grandir et collaborer. Ensemble. E.N.S.E.M.B.L.E.

Là est ma vision… et j’ose espérer qu’on y arrivera un jour ! Il importe plus que jamais de fédérer nos forces plutôt que de les mettre en opposition perpétuelle dans de faux débats stériles qui anéantissent tout espoir de véritable développement de société. Je crois en UNE éducation au Québec, pour tout le Québec, et au-delà des frontières !

En ajout : juste avant de publier, je tombe sur cet article de Gaston Marcotte où il fait part de sa vision globale, de sa vision du développement global, permettant d’éviter le placement de multiples frontières étanches qui rétrécissent la vision et l’empêchent justement d’être globale, pleine, entière et véritablement signifiante. À LIRE ! (Sans parler du bureau de Gaston Marcotte sur la photo, ressemblant au mien, mais en pire : un véritable bordel de paperasses, signe d’intelligence, parait-il 🙂 )

LIENS UTILES :

 

*Tweets #Clair2018 : SANS les retweets

684 avant le colloque (jusqu’au jeudi 18h00)

2867 pendant le colloque

582 après… (Jusqu’au 20 février PM)

 

Quelques photos supplémentaires ici :

Le groupe de ma CS. Avec le ministre Proulx.
Le lab créatif en pleine effervescence lors de la visite de l’école. 200 élèves qui reçoivent 325 invités !
La pianiste qui explique son piano-bananes.
Vue d’ensemble de la salle (Gymnase converti 😉 )
Les nombreux poulets… Cuits par les gens du village qui nous reçoit.
Le désormais traditionnel bar à bonbons 🙂
Photo de ma gang qui décide de «Sortir du cadre» 🙂 J’adore !
Les 5 niveaux de leadership. “Slide” de Marius Bourgeoys.